LE MATERNAGE DANS LA BIBLE

LE MATERNAGE DANS LA BIBLE

 

Le mot ''maternage'' est un mot qui désigne la manière dont une mère s'occupe de son
bébé. Il ne se trouve pas dans la Bible mais on trouve tout au long de celle-ci de
nombreuses recommandations, beaucoup de conseils et d'exemples qui sont pour
nous de précieuses indications sur la façon dont le Seigneur non seulement voit la
relation mère - bébé et mère - bambin, mais aussi sur la manière dont Il nous aime,
puisque ces relations sont souvent prises en exemples pour essayer de nous faire
saisir la profondeur de l'amour qu'Il a pour nous.

Le maternage concerne principalement 3 grands domaines : la manière de nourrir son
enfant, la manière de répondre à ses besoins affectifs, notamment à ses pleurs, et la
manière de gérer son sommeil.

Dans ces 3 domaines, il y a 2 manières totalement opposées de faire et d'être avec son
bébé, c'est pourquoi il est toujours important d'associer un adjectif au mot maternage
pour bien définir ce dont on parle. En effet, il y a le maternage proximal et le
maternage distancial. Le premier, le maternage proximal, implique une proximité
étroite entre la mère et son bébé, de jour comme de nuit. Le second, le maternage
distancial, implique une prise de distance entre la mère et son bébé, de jour comme de
nuit. De façon un peu caricaturale, on peut dire que nourrir son bébé au biberon,
éviter de ''trop'' le porter, calmer ses pleurs par une tétine et le faire dormir dans une
chambre à part dès la naissance représente le maternage distancial alors que nourrir
son bébé au sein, le porter de nombreuses heures par jour, notamment lorsqu'il pleure,
et dormir avec lui représente le maternage proximal. Pour qui a un peu les yeux
ouverts sur le monde, on comprend rapidement que cela recouvre 2 manières
culturelles d'être et de faire avec son bébé : le maternage distancial est celui qui est
pratiqué et recommandé par la plupart des médecins et traités de puériculture en
Occident ( Europe et Amérique du Nord principalement), le maternage proximal est
celui qui est pratiqué et transmis de génération en génération en Afrique, en Asie et
en Amérique Latine. C'est celui qui a été et qui reste le plus pratiqué au cours de
l'histoire de l'humanité et sur l'ensemble de la surface du globe. C'est aussi le modèle
biblique. Il est important de savoir que les choix que nous faisons dans le domaine du
maternage sont nos premiers choix éducatifs et, comme souvent dans ce domaine,
nous n'arrivons pas toujours aux mêmes résultats au bout de quelques années. Pour
donner un aperçu d'ensemble, il a été constaté que les bébés et bambins ayant
bénéficié d'un maternage proximal durant les 3 premières années de leur vie sont
globalement plus autonomes, plus sociaux, plus indépendants, mieux dans leur peau,
plus confiants en eux-mêmes et envers les autres, plus stables et équilibrés
émotionellement, mieux structurés, plus paisibles.Ils savent s'aimer eux-mêmes et
aimer les autres et ont, souvent, un QI quelque peu supérieur à la moyenne. Tout ceci
n'est pas anormal du tout lorsque l'on comprend un certain nombre de choses que je
développerai dans les articles à venir en effectuant un va-et vient entre ce que la Bible
transmet à ce sujet et ce que différentes sciences touchant de près ou de loin à la
petite enfance découvrent – ou redécouvrent !!

L'allaitement :

J.A. Thompson dans son livre Vie et Coutumes aux pays bibliques (Ligue pour la
lecture de la Bible, 1986), rappelle qu'''en Israël, un enfant n'était généralement pas
sevré avant l'âge de 2 ou 3 ans. Jusque là, il était nourri au sein par sa mère ou,
parfois, par une nourrice. Le sevrage semble être marqué par une célébration
familiale. Abraham fit une grande fête quand Isaac fut sevré ( Genèse 21 : 8, TOB). Il
y avait une bonne raison pour cela. En effet , réussir à élever un bébé à une époque où
la médecine avait peu de moyens et où l'hygiène était inexistante, était un sujet de
réjouissance.''

Il est donc normal de trouver dans la Bible des femmes en train d'allaiter leur bébé.

Voici les ''couples'' mère-bébé qui sont cités :
- Sarah et Isaac en Genèse 21 : 7
-Moïse et Jokébed en Exode 2 : 7 et 9
-Anne et Samuel en I Samuel 1 : 23
-Marie et Jésus en Luc 11 : 27.

Il peut être intéressant de remarquer au passage que tous ces bébés , une fois devenus
grands, jouèrent un rôle prépondérant dans le devenir du peuple de Dieu.

Voyons maintenant quelques versets où l'allaitement est un acte de référence pour
Dieu.

L'allaitement et l'amour de Dieu :

 

'' La femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite, oublie-t-elle de montrer de la
tendresse à l'enfant de sa chair ? Même si celles-là t'oubliaient, moi Je n'oublierai
pas ! '' , Esaïe 49 : 15

Ce verset prend appui sur l'attachement profond de la mère à l'égard de son bébé
allaité pour mettre en relief l'attachement de Dieu à notre égard. C'est Dieu lui-même
ici qui nous parle de la profondeur de Son amour pour nous, Ses enfants. Qu'Il prenne
l'attitude de coeur de la femme qui allaite pour exprimer ainsi Ses divins sentiments
n'est pas un '' hasard ''. En effet, la femme qui allaite produit, au cours de sa lactation,
une hormone appelée ocytocine ou '' hormone de l'amour '' dont l'une des actions est
de favoriser l'attachement de la mère à son bébé. Seule la mère qui allaite produit
cette hormone. Ainsi Dieu éprouve pour nous un attachement particulièrement fort
que Lui seul peut éprouver de par Sa nature. C'est cet amour là qui fait que jamais Il
ne nous oublie. C'est cet amour-là, infaillible, éternel et parfait qui s'est manifesté sur
la croix lorsqu'Il s'est donné pour nous. Si Dieu a ici recours à la relation
d'allaitement pour montrer la force de Son amour à notre égard, c'est qu'Il la sait forte
et riche. Elle est en effet un don de soi (don de la mère, don de lait) et une
authentique démonstration d'attachement, de tendresse et d'amour.

L'allaitement et l'amour fraternel :

 

'' Nous avons été au milieu de vous plein de douceur, comme une mère réchauffe sur
son sein les enfants qu'elle nourrit. '' , I Thessaloniciens 2 : 7 (TOB)

Nous avons ici, au travers de la relation d'allaitement, une idée de ce que devrait être
l'amour fraternel, cet amour que Dieu déverse sur nos coeurs à l'égard de nos frères et
soeurs en Christ, reflet de Son propre amour pour eux. Cinq caractéristiques se
dégagent de ce verset au sujet de cet amour :

* L'amour fraternel est doux, parce que empreint de paix et de bonté, parce que ne
recherchant pas son intérêt au mépris de l'autre, mais le bien de cet autre (cf I
Corinthiens 13 : 5, TOB).

* L'amour fraternel réchauffe, parce qu'il fait chaud au coeur d'en être aimé, parce
qu'il apporte la présence et la chaleur d'un frère / d'une soeur à celui / celle qui se
trouve dans la souffrance, la tristesse ou la solitude.

* L'amour fraternel nourrit, parce qu'il sait trouver les mots pour édifier, exhorter et
encourager celui / celle qui chancelle ou faiblit.

* L'amour fraternel prend soin de l'autre car il est prompt à secourir et supporter
(porter en dessous) celui / celle qui passe par un chemin difficile pour l'aider à
avancer malgré les difficultés.

* L'amour fraternel est proche car il sait se réjouir avec ceux / celles qui se
réjouissent, mais aussi pleurer avec ceux / celles qui pleurent (cf Romains 12: 15)

Si Paul a ici recours à la chaleur humaine qui se dégage entre une mère et son bébé
allaité pour décrire l'amour fraternel tel que Dieu le conçoit, n'est-ce pas justement
parce que le bébé trouve sur le sein de sa mère la douceur, la paix, la chaleur, une
présence aimante, la nourriture, la santé, la proximité - l'amour ?

L'allaitement et la sécurité que Dieu veut pour le nouveau-né :

'' Tu m'as fait surgir du ventre de ma mère, et Tu m'as mis en sécurité sur sa poitrine.
'', Psaume 22 : 10

Ce qui est mis en évidence au travers de ce verset, c'est le fait que Dieu Lui-même a
prévu que le nouveau-né soit en sécurité sur le sein de sa mère. Le bébé y trouve en
effet '' l'âme '', l'odeur, l'haleine et la chaleur de celle qui l'a porté durant 9 mois. Tout
répond à ses besoins de tendresse et de sécurité, comme le lait répond à ses besoins
physiques. '' Cette notion est assimilable à la notion d'enveloppe psychique qui
procure au jeune enfant un sentiment de sécurité indispensable à sa stabilité
émotionnelle. '' (Michel Odent). Dieu sait que le nouveau-né est un être
physiquement, psychiquement et émotionellement fragile et c'est à la mère qu'Il a
confié, par le moyen de l'allaitement, la responsabilité de le sécuriser et de permettre
qu'il grandisse et se développe harmonieusement. C'est là un engagement entier de la
mère envers son nouveau-né, mais c'est aussi une immense joie et une grande
valorisation pour elle.

L'allaitement ou comment nous nourrir de la Parole de Dieu :

'' Comme des enfants nouveaux-nés, désirez le lait pur de la Parole afin que, par lui,
vous grandissiez pour le salut. '', I Pierre 2 : 2

Ce qui est à considérer ici, c'est la manière de se comporter des nouveaux-nés pour
grandir. COMME le nouveau-né recherche la présence et le lait de sa mère pour
grandir physiquement et émotionnellement, nous sommes appelés à rechercher la
présence de Dieu et la nourriture qu'Il nous offre au travers de la Bible, Sa Parole,
pour grandir spirituellement et devenir des chrétiens matures et équilibrés. Mais
aussi, DE MEME que le nouveau-né allaité reçoit une nourriture parfaitement adapté
à ses besoins au jour le jour - le lait maternel évolue en effet avec l'âge de l'enfant -
DE MEME nous recevons toujours une nourriture spirituelle adaptée aux besoins de
notre vie, et plus nous grandissons spirituellement, plus Dieu nourrit notre âme de
révélations merveilleuses et profondes. Rappelons-nous simplement que, COMME le
nouveau-né est acteur dans la production du lait par le sein maternel en stimulant le
sein par sa succion, nous devons aussi être acteur pour recevoir notre nourriture
spirituelle en recherchant la communion avec Dieu au travers de la prière et de la
méditation de Sa Parole. Plus nous serons conséquents dans notre raletion avec Dieu,
plus nous serons nourris spirituellement. N'ayons donc pas honte d'être devant Dieu
COMME des '' petits enfants à la mamelle '' si nous voulons entrer dans le Royaume
des cieux (cf Joël 2 : 16 et Matthieu 18 : 3).

L'allaitement ou ce que sera la Nouvelle Jérusalem :

'' Car ainsi parle le Seigneur : Jubilez avec Jérusalem, exultez à son sujet, vous tous
qui l'aimez (...) Que vous suciez le lait et soyez rassasiés de son sein réconfortant.
Que vous tiriez le maximum et jouissiez de sa mamelle glorieuse ! Car ainsi parle le
Seigneur : voici que je vais faire arriver jusqu'à elle la paix comme un fleuve et
comme un torrent débordant la gloire des nations. VOUS SEREZ ALLAITES, portés
sur les hanches et cajolés sur les genoux. '', Esaïe 66 : 10 à 12, version TOB.
Ces versets (et ceux qui précédent) concernent les nouveaux cieux et la nouvelle
terre. Jérusalem sera alors la ville où se dressera le trône du grand Roi (cf Esaïe 24 :
23) et il est ici parlé d'elle comme d 'une mère dont la vocation spirituelle sera (à
cause de la présence de Dieu qui y séjournera) de nourrir et de réconforter, remplir de
Sa plénitude et procurer la jouissance à tout ceux qui L'aiment.

Si Dieu, pour décrire un moment si beau, si extraordinaire à Son peuple, se réfère à
l'allaitement, n'est-ce pas parce qu'il était alors, dans le vécu quotidien de celui-ci, un
moment d'extraordinaire beauté dans la vie d'une femme et d'un bébé ? Un
allaitement vécu dans toute sa dimension apporte en effet beaucoup plus qu'une
nourriture saine. Il est une sorte de symbiose qui les amène à se réjouir d'être
ensemble. De même, il n'y aura pas de meilleur endroit pour nous que de vivre dans
la présence éternelle de Dieu, face à face avec Lui.

Nous pouvons donc constater qu'il y a comme un aller-retour permanent entre ce que
nous enseigne la relation d'allaitement entre une mère et son bébé sur notre relation
avec Dieu et ce que Celui-ci veut nous révéler au sujet de l'allaitement en nous
parlant de notre relation avec Lui. Etre enseigné sur l'une de ces relations, c'est être
enseigné sur l'autre.

Et savez-vous que Dieu a une attention toute spécifique à l'égard de la mère qui
allaite son bébé, qu'Il en prend lui-même soin ? Il nous est dit en effet, en Esaïe 40 :
9 et 11 : '' Voici votre Dieu, voici le Seigneur Dieu ! (...) Comme un berger Il fait
paître son troupeau, de son bras Il rassemble; Il porte sur Son sein les agnelets,
procure de la fraîcheur aux brebis QUI ALLAITENT. '' Ces versets nous renvoient
inévitablement au verset 2 du psaume 23 : '' Sur de frais herbages, Il me fait coucher;
près des eaux du repos, Il me mène. ''

C'est là un véritable encouragement pour chaque maman qui désire retourner au plan
originel de Dieu prévu pour la maternité. OUI, l'allaitement relève aussi du domaine
spirituel et Dieu veille personnellement et particulièrement sur la maman qui s'engage
sur ce chemin avec son bébé !!

Le portage :

( note : certains de ces versets sont pris dans la version TOB )

Nombres 11 : 12 : '' Porte-le sur ton coeur comme une nourrice porte un petit
enfant. '' Le contexte dans lequel se trouve ce verset exprime la responsabilité qu'une
mère doit exercer vis – à – vis de l'enfant qu'elle a mis au monde.

Deutéronome 1:31 : '' ...dans le désert tu as vu le Seigneur ton Dieu te porter
comme un homme porte son fils, tout au long de la route...'' . Le portage d'un fils
par son papa est ici pris comme exemple pour montrer la sollicitude de Dieu à l'égard
de son peuple au cours des moments difficiles. Porter son bébé lorsqu'il en a besoin
manifeste cette sollicitude, ce soutien à son égard.

Deutéronome 32 : 11 : '' Il est comme l'aigle qui encourage sa nichée : Il plane
au-dessus de ses petits, Il déploie toute son envergure, Il les prend et les porte
sur Ses ailes.'' Si nous transposons ce verset au bambin et à sa maman, nous voyons
combien le portage fait partie du processus d'encouragement à l'indépendance de nos
petits dans un contexte de sécurité et de mise en confiance : tantôt nous les laissons
aller, veillant sur eux et les protégeant, tantôt nous les prenons avec nous – nous les
portons. L'un et l'autre ne sont pas incompatibles et sont entièrement indispensables
au développement et à l'acquisition de l'autonomie de l'enfant. Il s'agit d'un juste va et
vient, d'un équilibre éducatif où l'on est sensible aux besoins de nos enfants.

Exode 19 : 4 : '' Vous avez vu vous-mêmes ...comment je vous ai portés comme
sur des ailes d'aigles pour vous faire venir jusqu'à moi.'' Le Seigneur nous porte
pour nous attirer à Lui avec amour. De même, porter son bébé permet de créer un
attachement plus fort et plus particulier avec lui. C'est une manière de lui manifester
notre amour.

Esaïe 60 : 4 : '' Ils se rassemblent tous...Tes filles sont portées comme des enfants
sur la hanche. '' La comparaison utilisée ici laisse à penser que le portage des
enfants ( et pas seulement des bébés ) était une pratique courante et normale aux
temps de l'Israël biblique. De plus, nous avons une indication sur la manière dont les
enfants étaient portés puisqu'il est précisé ''sur la hanche''.

Esaïe 66 : 12-13 : '' Vous serez allaités et portés sur la hanche, bercés sur les
genoux. Comme un homme que sa mère réconforte, je vous consolerai...''. Nous
avons ici un beau résumé du modèle de maternage proximal que l'on trouve dans la
Bible : l'allaitement , le portage et le bercement sont intimement liés. Tous 3
contribuent à apporter au bébé et au bambin réconfort et consolation, paix, plénitude,
joie, amour, satiété de tous ses besoins et bonne santé ( cf les versets 10, 11 et 14 ) .

Le sommeil partagé :

 

C'est un sujet pour lequel nous ne trouvons, à ma connaissance, aucun verset dans la
Bible.

Toutefois, si l'on considère le contexte des différentes époques au cours desquelles la
Bible a été rédigée, on ne peut qu'admettre que celui-ci était la norme. Chaque
famille, au sens large, vivait dans une tente ou dans une maison rudimentaire, souvent
composée d'une seule pièce, avec un mobilier très restreint. Il serait farfelu de penser
que les bébés et bambins dormaient séparés des adultes, seuls dans une tente ou dans
une pièce à part. Ceux-ci n'étaient en sécurité que dans la proximité de l'adulte et le
niveau de vie d'alors ne permettait pas les aménagements que nous avons aujourd'hui.
Pour mémoire, ce n'est qu'à l'époque de l'ére industrielle que, dans les pays
occidentaux, les chambres à part pour les bébés et les enfants ont commencées à
apparaître. Il y eut en effet à ce moment-là une amélioration du niveau de vie, de
l'hygiène et de la sécurité autour du bébé qui pouvait permettre à celui-ci de grandir
dans un environnement où la présence de l'adulte n'était plus nécessaire pour assurer
sa survie. C'est l'époque aussi où le travail des femmes, réglé sur le modèle masculin,
a commencé à apparaître, nécessitant ainsi une séparation de plus en plus précoce
entre la mère et son bébé et l'apparition de matériel de substitution, tel les biberons,
landaus, tétine et autres.

La norme biologique, autrement dit la manière dont le bébé est fait et fonctionne tant
dans son corps que dans son psychisme, implique un besoin permanent de la présence
de l'adulte qui, seul, peut lui apporter la sécurité émotionnel et alimentaire dont il a
besoin. Ces besoins ne disparaissent pas comme par magie la nuit pour réapparaître
au lever du soleil. Il est vrai que certains bébés semblent plus sécurisés que d'autres à
la base et s'accomodent sans difficultés des séparations que les adultes leur imposent,
mais ils ne sont pas majoritaires ou représentatifs de ce que sont la plupart des bébés,
chacun évoluant ensuite selon son propre rythme. La plupart des bébés de la planète,
en l'an 2008, grandissent d'ailleurs encore comme ''aux temps bibliques'', puisque bon
nombre de bébés africains, asiatiques ou sud-américains, notamment en dehors des
villes, vivent soit dans des conditions très rudimentaires qui impliquent de facto un
maternage de type proximal, soit dans des milieux où les traditions de maternage qui
se transmettent sont celles de l'allaitement, du portage et du cododo. L'Amérique du
Nord et l'Europe ne font que redécouvrir et réhabiliter, peu à peu, des pratiques
ancestrales qui n' ont jamais cessé sur la plus grande partie de la surface habitée du
globe et qui ont largement fait leurs preuves depuis que l'humanité existe.

Above Rubies Address

AboveRubies
Email Nancy

PO Box 681687
Franklin, TN 37068-1687
Phone Toll Free in USA: 877-729-9861
Or  Phone : 931-729-9861
Office Hrs 9am - 4pm, M - F, CTZ