Victime du Divorce

Traduction du témoignage de Name WITHHELD, paru dans « above rubies » n° 83, décembre 2011

Victime du divorce

Récemment, mon attention a été attirée par le titre d'un film sur une affiche : « une fille interrompue « 1. Je n'ai jamais vu le film mais le titre m'a frappée comme étant très représentatif de la situation de beaucoup de femmes aujourd'hui et de ma propre histoire personnelle.
De toutes les choses qui peuvent « interrompre » le développement émotionnel et spirituel d'une jeune femme, il y en a une qui passe souvent inaperçue à cause de son rapport indirect avec le passé : la fin du mariage de ses parents. Je suis la fille de parents divorcés.

Je me souviens de façon très nette du jour où mon père est parti de la maison. Ma mère nous emmena mes sœurs et moi à la foire du County 2. Le plan de mes parents était que mon père fasse ses valises et qu'il parte avant que nous revenions. Avant de partir, j'avais dit à mon père : « Papa, je veux rester à la maison avec toi . » Normalement, je ne manquais jamais une occasion de monter à califourchon sur « La Pieuvre », mais je sentais que quelque chose ne tournait pas rond. Mon père insista pour que je parte. Je me sentis plus déterminée à rester et je me rapprochai de lui . Il avait l'air vraiment bouleversé et se retourna pour que je ne puisse pas le toucher. Soudain, je sentis comme si quelque chose se défaisait en moi et un sentiment bizarre de confusion s'empara de nous. Nous ne nous adressâmes plus la parole et je partis à la foire pour passer du bon temps - me sentant triste, rejetée et troublée.

Quand nous rentrâmes à la maison cet après-midi-là, ma mère lâcha la bombe : « Votre père et moi allons divorcer. » Mon cœur chavira et je me sentis hébétée . Ma sensibilité d'enfant de 12 ans était incapable de supporter cette tragédie qui se dévoilait. Bien qu'il s'agisse pourtant de la mort de notre famille, personne ne pleura. Je me souviens seulement avoir ressenti une grande tristesse descendre dans mon cœur et avoir cherché la solitude pour soulager ma peine.

Notre famille semblait presque idéale. C'est peut-être pour cela que j'en ressentis la perte aussi profondément. Aucun de mes parents n'avait pensé que cela pourrait lui arriver, mais l'ennemi était rusé. Des choix avaient été faits, alors bonjour les dégâts ! Ce n'était pas à la mode de se faire aider pour un mariage en difficulté dans les années 1970, encore moins d'en parler. Le divorce semblait être la seule solution pour une confiance trahie et des cœurs brisés.

Je suis sûre que maman est passée par des moments difficiles où elle pleurait seule, mais elle fit mine d'être courageuse, déterminée à tout maintenir aussi normalement que possible. « Vous verrez encore votre père , nous assurait-elle, il n'habitera tout simplement plus ici. « Simple, n'est-ce-pas ? Je pense que tout le monde espérait que ce serait le cas. Mais les alliance ne peuvent pas être cassées sans conséquences. Dans le cas du divorce, les dégâts pour les enfants sont inévitables et pourtant pas immédiatement reconnaissables. Mon développement s'arrêta net . J'étais dans un âge où l'influence de mon père aurait dû aller en s'accroissant dans ma vie. Maintenant, cette influence se limitait à des « visites », souvent inconfortables à cause des sentiments non-exprimés de regret et d'inquiétude. Ma féminité bourgeonnante avait besoin d'une affection paternelle consistante, ainsi que de la protection et de l'assurance en qui j'étais en train de devenir. Mon père essaya de me donner toutes ces choses, mais le divorce réduisit le flot à quelques gouttes. En tant que père, il ne pouvait plus prendre plaisir en sa fille en toute liberté. Son amour était devenu ambivalent. En regardant en arrière, je me rends compte que cet amour ambivalent fût au cœur de mes problèmes émotionnels ultérieurs.

Pendant des années, j'étais inconsciente des blessures émotionnelles que je traînais. La confusion dans les relations (et en particulier avec les hommes), les batailles avec l'acceptation de soi et une grande tristesse dans mon cœur étaient la nouvelle norme. Heureusement, je suis devenue chrétienne au début de mon adolescence. Bien que cela comble largement mon déficit en amour, Dieu a attendu que j'atteigne l'âge adulte pour commencer la vraie guérison. D'abord, il a fallu qu'il mette à nu la blessure. Pendant un voyage missionnaire universitaire à Mexico, j'ai vécu avec une merveilleuse famille très pauvre . Le fait d'être dépendante d'eux pour tout nous souda rapidement. Quand fut venu le moment de se quitter, l'émotion me rattrapa et je pleurai de façon incontrôlable. La chaleur et l'intimité de cette famille mettait à nu la cassure de la mienne. Je rentrai aux Etats-Unis en plein chaos émotionnel. Avec un cœur brisé et plein de besoins, je cherchai des avis auprès de conseillers chrétiens et de professionnels qui m'aidèrent tous à identifier mon besoin sous-jacent : accepter la vérité des effets du divorce sur moi et faire le deuil du mariage de mes parents.
J'ai commencé à poser à mes parents beaucoup de questions. Cela n'était pas facile. Cela signifiait déterrer des souvenirs douloureux. Oui, il était nécessaire de regarder ce qui s'était passé avec des yeux d'adultes. Alors que j'affrontais honnêtement le passé, de grandes émotions firent surface, y compris la colère. Cela me fit peur au début, mais j'appris à ne pas nier ce que je ressentais vraiment, aussi horrible que cela pouvait être.

Les vacances partagées entre mes deux parents, et la douleur de voir ma mère avoir des liaisons et rompre avec beaucoup d' hommes étaient certaines des conséquences secondaires du divorce qui me fâchaient vraiment . Après que la colère soit retombée, les larmes commençaient à couler. A chaque fois que je m'autorisai à ressentir et à verbaliser ces émotions, la guérison s'opérait profondément dans mon âme. Le processus de maturation se réamorçait alors et se mettait à fonctionner dans mon être tout entier. Je remarquai même des changements dans mon corps physique. De façon simultanée, je soulageai mon cœur et je mûrissais, me sentant plus légère et plus en vie ! Comme le dit Jean 8:32, connaître la vérité me rendait libre. Pour mes parents, je pense qu'il était important pour eux de voir ma lutte et pour moi de prendre du recul par rapport à eux. En revenant sur le passé et en ayant un plus grand aperçu sur ce qui s'était passé, j'ai découvert ce que j'avais besoin de pardonner. Cela conduisit à une relation avec mes parents qui avait beaucoup plus de sens.

Récemment, j'ai pris part à une étude sur les alliances. Nous avons étudié Malachie 2 : 15 bis: « Le Seigneur ne les a-t-il pas faits un ? Et pourquoi un ? Parce qu'il cherchait une postérité selon Dieu. 3 Mes notes disaient : « Cette trahison de la confiance laisse les âmes des enfants errer dans la confusion, cherchant une unité qui a été cassée et perdue. » Dieu déteste le divorce parce que les familles brisées perturbent Son but ultime : notre unité avec Lui.

Bien que le divorce soit si répandu et largement accepté, n'oublions pas le fardeau qu'il a déposé sur les enfants. Je pense souvent aux effets que le divorce a eus sur nos nations. Si peu de personnes voient le sacrifice fourni par les enfants pour surmonter les privations relationnelles dues au divorce de leurs parents et nous avons déprécié l'institution même que Dieu avait prévue pour nous bénir. Nous avons désespérément besoin d'apprendre comment transmettre l'amour basé sur l'engagement à la génération suivante. En ce qui me concerne, je subis encore les conséquences du divorce de mes parents, et ils hantent encore mon passage sur la terre. Si cela n'avait pas contribué à m'approcher de Dieu, les conséquences auraient été bien pires.

J'ai appris qu' Il peut guérir les blessures uniques en leur genre d'une fille « interrompue » mais, quel détour long et tortueux ai-je dû faire !

Above Rubies Address

AboveRubies
Email Nancy

PO Box 681687
Franklin, TN 37068-1687
Phone Toll Free in USA: 877-729-9861
Or  Phone : 931-729-9861
Office Hrs 9am - 4pm, M - F, CTZ